PRATIQUE PROMETTEUSE
 

Approche des jeunes à la santé mentale: Jack.org


FAITS EN BREF

AUDIENCE    les autres prestataires de services, jeunes, enseignants, membres du personnel aux écoles et universités

POPULATION D’INTÉRÊT    les jeunes âgés de 15 à 25 ans

OÙ   les écoles secondaires, les universités et tous les lieux où se réunissent les jeunes partout à travers le Canada

LE BESOIN   une crise de santé mentale sévit au Canada, où un jeune sur sept déclare avoir des idées suicidaires. Le manque d'éducation et d'accès aux services empêche les communautés issues de partout à travers le pays d'avoir une santé mentale positive.

LA PRATIQUE PROMETTEUSE   Jack.org offre aux jeunes de différentes communautés l'éducation, les ressources et la plateforme dont ils ont besoin pour éliminer les obstacles qui les empêchent d'avoir une santé mentale positive.

POINTS IMPORTANTS À RETENIR   

  • Jack.org estime que la voix des jeunes mérite d'être entendue et que celle-ci est fondamentale pour trouver ainsi que mettre en œuvre des solutions durables afin d'améliorer la santé mentale partout à travers le pays. L'organisme aide les jeunes à militer pour l'apport de changements au sein des systèmes de santé mentale.
  • Jack.org adopte une approche multidimensionnelle pour aborder la santé mentale des jeunes : développer et partager les ressources, soutenir le travail de sensibilisation et de militantisme sur une base communautaire ainsi que partager des données sur l'état de la santé mentale des jeunes pour nous assurer d'avoir une conversation éclairée sur les besoins des jeunes.
  • Jack.org conçoit des programmes suffisamment flexibles et adaptables pour répondre aux besoins distincts des différentes communautés à travers le Canada.

CONTEXTE

Le Recensement de 2019 indique que 202 jeunes âgés de 15 à 19 ans se sont enlevé la vie au Canada, ce qui représente 25 % des décès de ce groupe d’âge et qui fait du suicide la deuxième principale cause de décès chez la jeunesse canadienne. On estime qu’en plus des 518 jeunes âgés de 15 à 24 ans qui se sont enlevé la vie, 150 000 jeunes auraient fait une tentative de suicide. Jusqu’à 1 jeune sur 7 a déclaré avoir des idées noires. Qui plus est, les difficultés d’ordre mental ne se manifestent pas nécessairement par des pensées suicidaires. Nombreux sont les jeunes qui déclarent vivre des difficultés d’ordre mental dans une autre mesure ; par des pensées négatives, des sentiments négatifs ou des émotions intenses à long terme, de sorte que leur vie et leur fonctionnement au quotidien s’en trouvent considérablement affectés. Une récente étude représentative auprès des Canadiens dévoile des chiffres inquiétants : 63 % des 20 à 34 ans déclare vivre des difficultés par rapport à leur santé mentale, majoritairement des troubles anxieux et dépressifs, et 10 % des 15 à 24 ans déclarent avoir eu des symptômes dépressifs au moins une fois dans leur vie2. De plus, lorsqu’ils vivaient des difficultés, les 20 à 34 ans étaient moins enclins à demander de l’aide que leurs parents ou leurs grands-parents. En tenant compte de tout cela, nous pouvons mieux envisager l’ampleur et la complexité de la santé mentale chez les jeunes. Bien trop souvent, nos jeunes n'obtiennent pas le soutien dont ils ont besoin, tant au sein de leur communauté que du système de santé. Jack.org s'efforce de donner aux jeunes les moyens, au sein même de leurs communautés, de surmonter les obstacles leur permettant d'avoir une meilleure santé mentale.

COMMENT LE PROJET EST-IL NÉ?

Jack.org a été fondé en 2010 après qu'Eric Windeler et Sandra Hanington aient perdu leur fils, Jack, à la suite d'un suicide. Ils voulaient s'assurer que chaque jeune aux prises avec des difficultés de santé mentale reçoive l’aide dont il ou elle a besoin.

QUELS SONT LES PROGRAMMES ET LES SERVICES OFFERTS?

  1. Les Présentations Jack sont des présentations sur la santé mentale livrées aux jeunes par deux étudiants de niveau postsecondaire. Le fait d'entendre un autre jeune parler ouvertement de sa santé mentale déstigmatise les conversations sur la santé mentale, tandis que le contenu de la présentation enseigne aux jeunes comment se protéger eux-mêmes et entre eux, en plus de les informer sur la façon de rechercher des ressources en santé mentale.
  2. Les Sections Jack sont des groupes de jeunes qui travaillent à changer les résultats en santé mentale au sein de leurs communautés. Ils conduisent leurs activités dans les écoles secondaires, les établissements postsecondaires et dans tous les lieux où se réunissent les jeunes. Grâce aux Sections Jack, les jeunes peuvent avoir accès à des ressources et à une éducation sur la santé mentale pour les aider à renforcer leur travail de militantisme en faveur de la santé mentale.
  3. Être là est une ressource numérique qui enseigne aux gens les principes fondamentaux de l'apport de soutien à une personne aux prises avec des difficultés de santé mentale. Qu'il s'agisse de parler de santé mentale avec quelqu'un ou d'aider une personne à trouver les ressources dont elle a besoin, Être là est une ressource conçue pour être aussi efficace et simple que possible, de façon à ce que n'importe qui puisse fournir à son entourage un soutien en santé mentale.

QUEL EST L'IMPACT DES PROGRAMMES SUR LA SANTÉ MENTALE? AINSI QUE SUR LA SANTÉ MENTALE DES IMMIGRANTS ET DES RÉFUGIÉS?

L'année dernière, nos programmes ont touché des jeunes de toutes les provinces et de tous les territoires au Canada par le biais de 445 Présentations Jack, 236 Sections Jack et 25 Sommets Jack au sein de chaque province et territoire.

Les Présentations Jack fournissent des renseignements pertinents sur la santé mentale, qui permettent de dédramatiser les conversations difficiles et d’encourager les gens à demander de l’aide. Ces présentations font la différence, puisque 95 % des organisateurs-enseignants sont d’avis qu’elles ont permis de sensibiliser les gens et d’améliorer les connaissances en santé mentale au sein de leur école. De plus, 64 % des membres de l’auditoire ont dit être plus à l’aise d’engager la discussion avec une personne vivant des difficultés de santé mentale.

Les Sections Jack travaillent dans le but d'évaluer la disponibilité et l'accès aux services au sein des communautés et de militer en faveur de leur amélioration. Ce sont maintenant nos 236 Sections Jack qui sillonnent l’ensemble des provinces et territoires du pays. L’an dernier, les leaders des Sections Jack ont mis sur pied près de 1000 initiatives, qui elles ont entraîné 99 000 discussions sur la santé mentale avec leurs pairs. Les sondages rétroactifs indiquent que 90 % de ces leaders se sont sentis à l’aise de parler de santé mentale avec leurs pairs. 95 % ont dit être persuadés que les efforts de leur Section ont favorisé la santé mentale dans leur communauté.

Le 6 mai 2019, nous avons lancé la ressource Être là. Depuis, plus de 165 000 personnes ont visité le site Web et plus de 25 000 d’entre elles ont répété l’expérience à plusieurs reprises. Nous avons reçu beaucoup de bons commentaires de la part de jeunes et de professionnels en santé mentale, notamment du président-directeur général de Jeunesse, J’écoute et de l’Association des Psychiatres de l’Ontario.

Au fur et à mesure que nous élargissons nos programmes, nous nous concentrons de plus en plus nos efforts pour travailler avec plus de jeunes issus des communautés de nouveaux arrivants et des communautés à risque afin de nous assurer que nos programmes demeurent pertinents.

L'année dernière, Jack.org a fourni une formation en santé mentale aux coordonnateurs des services de soutien dans les écoles (SSWIS) en Saskatchewan, et a travaillé avec des jeunes membres de leur programme de soutien par les pairs pour former des Sections Jack dans les écoles locales en mettant l'accent sur la santé mentale des nouveaux arrivants. Nous travaillons actuellement en partenariat avec le Cross Cultural Learner Centre de London, un organisme communautaire créé pour fournir des services d'intégration et un soutien aux nouveaux arrivants ainsi que pour promouvoir la sensibilisation et la compréhension interculturelles. Enfin, en 2019, Jack.org a commencé à collaborer avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) et les étudiants de l'Université Simon-Fraser (SFU) pour développer un module de formation destiné aux Sections Jack qui reflète les expériences ainsi que les besoins en santé mentale des immigrants et des jeunes de la deuxième génération. Les étudiants de la SFU faisaient partie d'un groupe appelé « GenAI », qui a reçu une subvention pour réaliser des recherches sur la santé mentale des immigrants. Ce groupe a réalisé qu'il n'y avait pas beaucoup de renseignements disponibles sur les immigrants de deuxième génération au Canada et voulait nous aider à élaborer des ressources destinées aux jeunes de la deuxième génération.

COMMENT POUVONS-NOUS ACCÉDER AUX PROGRAMMES ET AUX SERVICES?

Il est possible d'accéder aux programmes de Jack.org en visitant le site Web jack.org, où vous pouvez en apprendre davantage sur les Présentations Jack et les Sections Jack. Il est également possible de consulter la ressource « Être là » en visitant le site Web etrela.org.

Explorer d’autres articles